Déclaration liminaire du SNEP-FSU au CTM JS

snep sport productions

Une semaine après le dernier CTM JS, la déclaration SNEP-FSU du 22 mars reste d’actualité et nous ne la relirons pas dans son intégralité, mais la transmettrons aux acteurs de prévention qui n’étaient pas présents.


Nous revenons toutefois sur :


L’affaiblissement du ministère au profit d’une agence dont le bilan est inexistant


Nous attendons toujours une réponse officielle concernant la tentative opaque de mainmise de l’Agence Nationale du Sport sur une vingtaine de postes de l’administration centrale et des pôles ressources nationaux, à la veille des élections.
Nous suivons très attentivement ce sujet, tant nous attachons d’intérêt au moindre poste préservé ou obtenu.


L’audience syndicale et l’évaluation des besoins


Nous attendons toujours les fichiers régionaux avec les effectifs de personnels JS au 01/09/21.
Nous réitérons notre demande d’un plan de recrutement massif pluriannuel de personnels JS, dans la perspective de mise en oeuvre de politiques publiques équilibrées entre haut niveau et jeux olympiques/paralympiques d’une part et sport pour tous d’autre part.


La formation professionnelle


Nous rappelons que la séparation des crédits ministériels consacrés au sport en deux BOP distincts vient percuter à la fois l’accès à l’offre nationale métiers et la logique de l’école des cadres du sport désormais dénommée conservatoire des parcours et compétences qui doit s’intéresser, a minima, à l’ensemble des personnels techniques et pédagogiques JS. D’ailleurs, nous sommes toujours porteurs de propositions sur ces sujets, notamment pour la mise en oeuvre d’un format de formation professionnelle continue consacré à la « transition professionnelle » (pour passer par exemple de certains postes de CTS à CAS ou FOR), ou encore pour dynamiser des préparations aux concours JS, en lien avec une supervision de la filière JEPS.


L’agenda social


Nous souhaitons, en termes de calendrier et de transmission de documents, une respiration plus compatible avec le dialogue social.
Nous sommes d’ailleurs en attente de la nouvelle date pour la réunion de travail initialement annoncée le lundi de Pâques.


Les difficultés rencontrées par les personnels Jeunesse et Sports


Nous développons davantage ce point qui va largement faire l’objet de nos discussions aujourd’hui, puisque ce CTM JS est consacré aux questions de santé, de sécurité et de conditions de travail.
A ce titre, nous condamnons la stratégie « écureuil » des chefs de services qui les conduit à ne pas saturer leur schéma d’emploi avec des personnels JS. Et nous comprenons trop bien la stratégie libérale à l’oeuvre qui consiste à donner carte blanche aux chefs de services, sous prétexte d’autonomie et d’agilité ; le projet d’autonomie des établissements scolaires promis à l’Education Nationale est d’ailleurs très explicite sur la volonté d’atomiser le service public d’éducation.


Nous appelons de nos voeux la mise en place d’une véritable démarche d’animation territoriale régionale des missions et des personnels JS par les DRAJES, associant les CTS, les agents en SDJES, mais aussi en établissement du sport, avec la constitution d’équipes projet s’appuyant sur la Directive Nationale d’Orientation (DNO) tout autant que sur les décrets qui organisent le sens des différentes structures.


D’ailleurs, et nous nous adressons ici directement aux acteurs de prévention ainsi qu’aux représentants de l’ANACT, nous insistons sur le fait que lorsqu’on s’intéresse aux conditions de travail des personnels JS en services départementaux et régionaux, il ne faut pas oublier les partenaires et acteurs avec lesquels ils travaillent au quotidien : leurs collègues en CREPS, les agents d’autres service de l’Etat, des responsables dans des collectivités, des acteurs associatifs, ….


Nous souhaitons être destinataires des messages que vous ferez passer aux recteurs, DASEN, secrétaires généraux, DRAJES et chefs de service de SDJES sur le respect du triptyque statutaire des PTP : article 10/indemnités de sujétion/ contrat d’objectifs.


Concernant les irritants, les exaspérants, bref les dysfonctionnements
Nous ne dresserons pas une liste exhaustive de tous les dysfonctionnements mais vous proposons ici un résumé.
Sur tous les territoires, les personnels JS sont confrontés à des difficultés :

  • au niveau de l’environnement de travail
    non seulement les besoins spécifiques des personnels JS n’ont pas été anticipés (paramétrage des ordinateurs et accès aux applications métiers, besoin d’imprimantes couleur en nombre, travail à des horaires atypiques ainsi que pendant les vacances scolaires, collectifs de travail régionaux parfois éparpillés sur plusieurs académies, utilisation de véhicules de service, organisation de réunions en visio, …) mais en plus les consignes générales de fonctionnement et de demande d’assistance ne leur ont pas été communiquées => face à un tel manque d’organisation, chaque agent JS a dû se débrouiller seul, informant ensuite ses collègues dès qu’il trouvait comment résoudre tel ou tel problème
  • au niveau de l’exercice des missions
    s’agissant de l’animation du réseau et des missions, les recteurs et DASEN ont des difficultés à prendre en compte le positionnement du délégué régional académique à la Jeunesse, à l’Engagement et aux Sports ( = directeur régional JS), qui est chargé d’animer les équipes départementales et régionales JS, tout comme le rôle des préfets de départements en matière de contrôles de la sécurité des pratiquants, ou encore les interférences de l’Agence Nationale du Sport pour les subventions
    Avec une tension extrême sur les effectifs (-45% en 10 ans de gestion par les ministères sociaux) et dans un contexte de nouvelle gouvernance du sport, le moindre accroc génère beaucoup de mécontentement et de souffrance pour les personnels JS concernés, qui se retrouvent dans l’impossibilité d’exercer leur métier et de répondre aux demandes des partenaires et usagers.

Enfin, nous souhaitons la bienvenue aux représentants de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) dont nous considérons le concours actuel bien plus légitime que celui des cabinets de conseil comme Ernst & Young qui se prétendent spécialisés en management des organisations publiques ! Nous espérons que l’ANACT saura aller au contact de chaque PTP, dans une approche aussi qualitative que statistique.


Merci de votre attention.

PARTAGER
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

JS

Télétravail à Jeunesse et Sports

Alors que des négociations sur le télétravail sont en cours avec la DGRH du MENJS/MESRI et que certaines professions souffrent du fait que cette possibilité leur soit refusée, la problématique est inverse à jeunesse et sports, notamment pour les professeurs de sport à qui certaines hiérarchies locales veulent imposer le statut de télétravailleurs lorsqu’ils ne sont pas en train d’exercer leurs missions au sein du rectorat ou de la DSDEN.

snep sport productions

Déclaration liminaire du SNEP-FSU au CTM JS

A quelques semaines des échéances électorales et dans un contexte international très particulier, le SNEP-FSU continue de porter ses revendications pour les services publics et pour les personnels.