Classe exceptionnelle 2022, des changements importants

Un décret modifiant les conditions d’accès à la classe exceptionnelle a été examiné en Comité Technique Ministériel le 26 janvier 2022 et vient de paraitre début avril.
Il apporte plusieurs modifications importantes :
– La durée des fonctions et missions éligibles pour le premier vivier de la classe exceptionnelle passe de 8 ans à 6 ans;
– La répartition entre les deux viviers passe de 80% des promotions pour le vivier 1, 20% pour le vivier 2 à 70% des promotions pour le vivier 1, 30% pour le vivier 2;
– Des nouvelles affectations sont prises en compte : conseiller en formation continue (CFC), enseignant exerçant en établissement pénitentiaire et centre éducatif fermé, enseignant dans les établissements bénéficiaires d’un contrat local d’accompagnement (CLA).

Le SNEP avec la FSU a fait remonter lors de cette séance l’ensemble des problématiques posées par les modes d’accès à la classe exceptionnelle. Si le rééquilibrage entre vivier 1 et vivier 2 est une évolution positive, elle est largement insuffisante pour régler les problèmes actuels.
La réduction des durées des missions de 8 ans à 6 ans, si elle peut permettre de récupérer des collègues en fin de carrière, elle permettra à des collègues encore plus jeunes d’être promouvables. Le SNEP-FSU demande depuis plus de 6 mois des projections sur le nombre de collègues concernés et les effectifs par tranche d’âge. Aucun élément ne nous a été apporté. Sur ce sujet, il faudra continuer les pressions sur les rectorats pour que ce soit bien les collègues les plus âgés qui profitent de cette promotion dans un grade contingenté.

Enfin sur les nouvelles affectations, pourquoi celles-là et pas d’autres…. ? Le ministère veut surtout des fonctions où il n’y a pas trop de collègues. Alors que certaines fonctions ou missions auraient pu être reconnues (TZR, exercice en EREA, prof principal…), le ministère reste sur une liste de missions très réduites et très genrées. Le SNEP-FSU continuera d’agir pour que le plus de personnels puissent accéder à la classe exceptionnelle.

Même si le décret a été publié début avril, le ministère n’a pas encore fixé les contingents. Ce retard repousse encore une fois les opérations de promotion à la classe exceptionnelle en fin d’année scolaire, ce qui pose problème pour les collègues retraitables notamment au 1er septembre 2022.

Coralie Benech et Benoit Chaisy
Représentants SNEP-FSU au CTMEN

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

3.5 % : le niveau du mépris !

Après un quinquennat entier qui s’est acharné à maintenir le point gelé, cette augmentation ne saurait compenser les pertes ni réparer les conséquences lourdes pour les conditions de vie d’un grand nombre de personnels