Déclaration liminaire FSU au CSA MJS (FS-SSCT)

snep sport productions

Dans ce genre d’instance, nous avons l’habitude de dénoncer les conditions de travail de nos collègues, les risques psychosociaux auxquels ils/elles sont exposé.es et la souffrance ressentie.


Cette première réunion de la formation spécialisées relative à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail du CSA MJS se tient dans un contexte particulier de mobilisations contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, qui fait l’objet d’un refus unanime de l’ensemble des organisations syndicales ainsi que d’une majorité de la population. A Jeunesse et Sports aussi, nous sommes mobilisés dans un cadre intersyndical. Et si nous intervenons sur ce sujet en propos liminaire de cette réunion, dédiée aux sujets de santé, sécurité et conditions de travail (SSCT), c’est que ce projet pèse sur le moral de nos collègues J& qui souffrent déjà, depuis près de 2 ans, des dysfonctionnements – qualifiés d’irritants par le ministère – liés au transfert des missions et des personnels J&S à l’Education Nationale, dans un contexte de tension sur les effectifs qui, il est vrai, préexistait au transfert. Quant à la promesse de revalorisation de nos métiers, annoncée pour l’Education Nationale il y a plusieurs mois et qui devait aussi s’appliquer aux personnels J&S comme l‘avait indiqué le ministre Pap Ndiaye lors du CTM JS du 11 juillet 2022 en réponse à mon interpellation, la FSU n’a relevé aucune avancée sur la question des salaires après la réunion menée par le ministre la semaine dernière (le 18/01/23). La promesse présidentielle d’une augmentation de 10 % pour toutes et tous sans contreparties à compter de janvier 2023 était en réalité une tromperie. Pour la FSU, la très forte mobilisation contre la réforme des retraites pose la question globale du niveau des rémunérations et des pensions. Salaires gelés, conditions de travail dégradées, missions supplémentaires imposées, dégradation inédite des droits à retraites : nos professions sont à bout, des réponses aux revendications s’imposent.


Concernant les sujets sur lesquels vous avez directement la main, nous tenons à souligner les travaux que nous avons menés ensemble lors de la précédente mandature, avec notamment la production de textes de cadrage nationaux relatifs aux conditions particulières d’exercice des métiers J&S ainsi que sur l’organisation de la santé et de la sécurité au travail. Cette étape était nécessaire mais elle n’est pas suffisante, comme en attestent les nombreux témoignages de collègues qui restent entravés dans l’exercice de leurs missions au quotidien. Certains chefs de service et/ou responsables RH dans les rectorats et DSDEN ne font aucun effort pour prendre en compte les spécificités J&S et/ou ignorent les directives nationales pour imposer leur fonctionnement académique. C’est insupportable ! Il est urgent que tous les « irritants » soient résolus. D’ailleurs, nous vous demandons qu’un point sur le sujet soit mis à l’ordre du jour d’une prochaine réunion.
Par ailleurs, nous vous alertons une nouvelle fois sur la nécessité d’améliorer la communication auprès de l’ensemble des agent.es, par l’envoi de messages directs notamment. En effet, le silence de l’Administration laisse la place aux bruits de couloirs et contribue souvent à accentuer l’impression d’être méprisés voire maltraités. Par exemple, la FSU vous avait demandé à la DGRH d’informer les agent.es du transfert dans les académies de la gestion des payes des PTP et IJS en services, ainsi que du gel de la plupart des salaires pendant les mois précédant ce transfert, ce qui n’a pas été fait. Quant aux personnels administratifs, des informations contradictoires ont circulé concernant les revalorisations indemnitaires liées au RIFSEEP, certains rectorats affirmant que les administratifs qui ont bénéficié du protocole de transfert en étaient exclus alors que le ministère (DGRH), suite à nos alertes, invitait les académies à s’intéresser à ces personnels et à leur éventuel repositionnement dans les groupes de fonctions. Autre exemple d’actualité, les personnels mobilisés sur le SNU, notamment les chargés de mission SNU recrutés l’an dernier, dont les conditions de travail sont déjà compliquées, s’interrogent désormais en plus sur leur avenir, compte tenu des évolutions possibles et/ou annoncées.
Toujours en matière de communication, cela fait plusieurs années que nous demandons à la DS d’adresser l’équivalent de ses flashs infos DS ou établissements à l’ensemble des PTP sport. Et d’une manière générale, il convient de mieux communiquer sur les informations mises en ligne sur les sites ministériels, notamment celui du MEN dont l’architecture rend l’accès aux informations peu accessible aux personnels JS, notamment car il n’y a pas de rubriques dans des onglets.


Avant de conclure, nous vous rappelons nos demandes, en tant que représentants des personnels, pour lesquelles nous avons reçu des réponses favorables de principe de l’Administration mais qui ne se sont pas encore traduites en actes :

  • Transmission d’un agenda social avec tous les GT programmés par la DGRH, la DS, la DJEPVA ; ces réunions
    doivent être annoncées au moins un mois à l’avance.
  • Transmission des résultats des élections professionnelles dans les établissements du sport, via les PV
  • Communication de la cartographie des postes par service/établissement/AC, par corps, par statut
  • Transmission des fichiers effectifs par les rectorats, comme le prévoient les LDG

    Merci de votre attention.
PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...