JOP et écoles : 16 millions d’euros gaspillés en communication

Un livret et une pièce de 2 euros pour chaque élève d’école élémentaire comme seul héritage des JOP ?

Au moment où Bercy annonce des économies drastiques dans les ministères, 16 millions d’euros viennent d’être trouvés et dépensés pour une opération de pure communication, auprès des familles des 4 millions d’élèves des écoles élémentaires. Le seul héritage des JOP serait donc une pièce de 2 euros et un livret, alors que la démocratisation des activités physiques sportives et artistiques est loin d’être une réalité ! 

Outre le fait que le ministère est en incapacité de dire sur quel budget cette opération a été financée, la réalité est que 10 % des élèves n’iront jamais à la piscine lors de leur scolarité ou encore que de trop nombreux élèves ne peuvent, pour diverses raisons, bénéficier de l’horaire réglementaire d’EPS pourtant inscrite aux programmes. Toutes les études menées par divers organismes : Cour des comptes, Inspection Générale… Montrent que la moyenne du temps d’EPS est de 2 heures 15 au lieu des 3 heures réglementaires et a tendance à diminuer. Et ce ne sont pas les injonctions aux fondamentaux maths et français, ou encore les 30 minutes “d’activité physique quotidienne” (APQ) qui contrecarrent cette tendance. 

Les urgences sont ailleurs et cette opération de communication ne viendra pas effacer la grave crise qui touche aujourd’hui l’éducation nationale, ni le manque d’ambition concernant l’EPS à l’école, comme premier lieu de démocratisation du sport. Les financements utilisés auraient été bien plus utiles à l’École pour répondre aux réels enjeux.

Communiqué de presse SNEP-FSU/SNUipp-FSU, 22 février 2024

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Non au projet de loi Guérini !

Le ministre de la Fonction publique a réuni ce jour les organisations syndicales et les employeurs publics pour lancer la concertation autour du projet de loi qui lui a été commandé par le président de la République

Fonction publique : l’urgence salariale demeure ! 

Nos organisations syndicales rappellent l’urgence de leurs revendications à commencer par l’augmentation générale des traitements et des salaires, notamment par la revalorisation du point d’indice. L’ouverture de négociations salariales doit être une priorité