Jeunesse et Sports : retour vers le futur !

Alors que le remaniement aurait pu être l’occasion de retrouver un ministère « Jeunesse et Sports » de plein exercice, le gouvernement a fait le choix de revenir à l’ancien découpage, qui plus est avec les mêmes ministres. Amélie Oudéa-Castéra retrouve les Sports, les Jeux Olympiques et Paralympiques. Nicole Belloubet devient ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse. Sarah El Hairy retrouve la compétence en matière de « jeunesse » en tant que ministre déléguée.

Concernant le champ du « sport » , on se demande en quoi le retour à un ministère de plein exercice est une bonne nouvelle, quand celui-ci ne retrouve pas la main sur ses crédits et sur l’ensemble de ses personnels. En effet, la majorité de ses crédits est chaque année transférée à l’Agence Nationale du Sport, sans qu’aucun autre acteur n’apporte d’argent dans ce qui devrait être le « pot commun »,  et l’Agence est devenue le véritable patron des personnels J&S qui s’occupent du sport pour tous (à travers la mise en œuvre des campagnes de subventions) ou qui interviennent en faveur du sport de haut niveau.

Présenter Amélie Oudéa-Castéra comme une « bonne » ministre, alors qu’elle ne permet pas aux personnels de son ministère d’exercer leurs missions d’accompagnement du mouvement sportif associatif, est incompréhensible. Sa politique donne toujours plus de pouvoirs et d’autonomie aux fédérations sportives ainsi qu’aux collectivités, qui sont majoritaires dans la gouvernance des conférences régionales du sport, et encourage le développement du sport privé marchand. Si on ajoute le fait qu’Amélie Oudéa-Castéra a ouvertement critiqué les conclusions de l’enquête parlementaire sur les fédérations sportives, faisant suite aux auditions où elle a été mise en cause, tout comme un certain nombre de président.es et d’autres responsables de fédérations sportives, on comprend qu’ils/elles ne la considèrent pas comme une mauvaise ministre. Mais ce soutien (apparent ?) en fait-il pour autant une « bonne » ministre ? Pour le SNEP-FSU, la réponse est NON.

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail