CAPEPS 2021 : Recruter plus pour enseigner mieux

Privilégier l’emploi et une EPS de qualitéAlors que les oraux du CAPEPS externe sont en cours, nous n’avons aucune réponse de JM Blanquer à notre courrier. Pourtant il est urgent d’augmenter les recrutements.

Pour faire face aux besoins

Après plus d’un an de crise sanitaire, les élèves ont eu moins de pratique physique à l’Ecole et hors Ecole, il est donc urgent de renforcer l’EPS et le sport scolaire. Il faut se donner les moyens de rattraper les apprentissages qui n’ont pu être réalisé (savoir-nager, etc.).
Après les rentrées scolaires de 2019 et 2020 où il manquait des enseignant·es d’EPS dans 10% des établissements faute de recrutement, il est urgent d’anticiper la rentrée 2021 pour ne pas se confronter au même problème et permettre la continuité du service public tout au long de l’année.
De 2018, première rentrée scolaire de JM Blanquer, jusqu’à la rentrée 2021 il y aura eu 753 suppressions de postes en EPS pour 80 000 élèves supplémentaires : les conditions d’apprentissage en EPS sont dégradées (effectifs par classe, baisse horaire en LP…).

Pour favoriser l’emploi

Avec 670 admis pour 5473 inscrits au CAPEPS externe, les candidat·es ne manquent pas. Il est donc possible d’augmenter les recrutements. De plus, le gouvernement affiche la volonté de développer l’emploi suite à la crise : chiche ? Faisons-le pour le CAPEPS !
Dès 2021, il faut doubler les postes au CAPEPS et créer urgemment une liste complémentaire, comme le prévoit la réglementation.Le SNEP FSU revendique un plan pluri-annuel de recrutement de 1500 postes par an, il agira avec la profession et les étudiant·es STAPS pour l’emploi et une EPS de qualité.

Communiqué SNEP-FSU, 28 juin 2021

PARTAGER
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Poursuivons la mobilisation dès la semaine prochaine ! Toutes et tous dans l’action le 20 janvier et préparons une grève massive le 27 janvier

Le jeudi 13 janvier a été une journée de grève d’une ampleur exceptionnelle. Les annonces faites par le premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale ne sont pas suffisantes. Néanmoins, elles ont montré que la grève des personnels et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative a un impact fort, et que nous pouvons obtenir satisfaction sur nos revendications.