Monsieur Blanquer, respectez l’avis du Conseil d’administration de l’UNSS !

cp 17122021

Des milliers de professeurs d’EPS animateurs des associations sportives scolaires, derrière le SNEP-FSU syndicat majoritaire des enseignants d’EPS, demandent que soient respectées les instances de l’Union Nationale du Sport Scolaire. La tribune de sportifs de Haut niveau sur eurosport.fr invitant le Ministre de l’Education nationale à créer un électrochoc en nommant un sportif, « figure inspirante et charismatique », pour obtenir une « évolution salvatrice » et un « coup de boost » montre un clivage fantasmé entre le monde du sport et le monde de l’Education nationale.

L’UNSS, 3ème fédération sportive de France, est une fédération très particulière parce que partie intégrante du service public d’éducation, présidée par le Ministre de l’Education nationale et localement par les Recteurs et Directeurs académiques. Elle repose essentiellement sur l’activité des associations sportives d’établissement qui sont animées par les enseignants d’Education Physique et Sportive. Dans ce cadre, nommer un Directeur national de l’UNSS ne relève pas de la simple image mais nécessite de choisir une personne qui ait une connaissance approfondie du système éducatif et du monde sport.

Une commission spécifique y a travaillé, un Conseil d’Administration a entendu les derniers candidats et s’est prononcé sur un classement. Il revient maintenant au Ministre de nommer le Directeur ou la Directrice de l’UNSS mais, dans le cadre fédéral ou associatif, fussent-ils « sui generi », ne pas respecter les instances serait scandaleux.

SNEP-FSU, le 17 décembre 2021

PARTAGER
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Poursuivons la mobilisation dès la semaine prochaine ! Toutes et tous dans l’action le 20 janvier et préparons une grève massive le 27 janvier

Le jeudi 13 janvier a été une journée de grève d’une ampleur exceptionnelle. Les annonces faites par le premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale ne sont pas suffisantes. Néanmoins, elles ont montré que la grève des personnels et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative a un impact fort, et que nous pouvons obtenir satisfaction sur nos revendications.