Choc des savoirs vs choc des actions

Le collège est à un point de bascule avec le « choc des savoirs ». La mobilisation est massive, s’inscrit dans la durée  depuis le 01/02 (50 % de grévistes).  L’école du tri social est refusée par la communauté éducative et des  moyens revendiqués pour construire  une école émancipatrice.

La colère s’exprime en développant des alliances :

  • Réunions publiques où parents, enseignant·es, élu·es, CE((Chef.fes d’établissements)) expriment leur refus du tri social (Rennes 35, Lormont 33…).
  • Ajournement des CA, boycott des CSAD et CSAA, rejet des DHG ou proposition de TRMD sans groupe de niveaux.
  • Opération collège « désert ».
  • Démission collective de la fonction de PP((Professeur·e Principal·e)), attribution d’un coefficient 0 aux évaluations.
  • Tracts aux parents, banderoles sur les établissements.
  • Grève reconduite depuis le 26/02 dans le 93 pour un plan d’urgence pour le département…

La mobilisation a rendu le gouvernement fébrile. Outre le changement de ministre, le 07/03, la nouvelle ministre annonce une version allégée de « groupes de besoins », laissant la liberté d’application aux CE. Elle est désavouée par le 1er ministre ! L’arrêté publié le 17/03 au Journal Officiel est inacceptable et un recul au regard des annonces de la ministre de l’EN.

Il faut donc amplifier le choc des actions ; de plus, rien ne bouge sur d’autres mesures :

  • La 26ème heure est supprimée en 6ème,
  • Les élèves aux résultats fragiles pourraient être retiré·es de certains cours,
  • Le DNB reste un examen pour entrer au lycée et la « prépa-seconde » demeure,
  • Les PE((Professeur.es d’École)) continueront à être sollicité·es pour investir le collège à travers deux heures de soutien sur n’importe quel niveau et payé·es par le Pacte,
  • La labellisation des manuels est maintenue contre l’avis unanime des organisations syndicales,
  • La découverte des métiers dès la 5ème participe du tri social des élèves.

Continuons d’agir. Non au choc des inégalités !

 lise.chopinet@snepfsu.net

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Pourvu qu’ils/elles aient des muscles

Une première publication a été réalisée par le SNEP-FSU, sur la question des tests physiques. Nous prolongeons ici le débat, en discutant certains éléments mentionnés et en proposant des perspectives pour l’institution dans lesquelles il s’agirait d’inscrire notre profession

Faut-il faire remonter les notes du Bac EPS ?

Après 4 années de mise en place du nouveau Baccalauréat, la DGESCO et l’inspection générale souhaitent que la remontée des notes soit réalisée par AFL ou AFLP et non plus une note globale. Les enseignant·es d’EPS vont donc devoir saisir 3 notes pour les attendus de fin de lycée ou 4 pour le lycée professionnel