Bulletin 1012 – Septembre 2023

Hypocrisie… mais de qui ?

Nous sommes maintenant à 3 semaines de la rentrée et le ministère s’entête à ne pas reconnaitre la réalité et les chiffres du terrain. Dans 48 % des établissements, il manque au moins un·e enseignant·e selon une enquête du SNES-FSU, 58 % selon le SNPDEN-UNSA, syndicat majoritaire des chef·fes d’établissement et en EPS il manquait un·e professeur·e dans 10 % des établissements selon les résultats de notre enquête.

Monsieur le Ministre, il est urgent de recruter plus en rendant le métier d’enseignant·e plus attractif, à travers les salaires et les conditions de travail, avec un seul objectif, celui de faire réussir les élèves.

Toute l’énergie déployée depuis le début de l’année à nous convaincre qu’un grand plan de reconnaissance du métier va être ouvert, alors que le chantier salaires est clos, ou que l’EPS est à l’honneur, alors que ce sont des dispositifs autres qui sont mis en place ou que des freins importants sont mis pour le fonctionnement de l’UNSS, révèlent l’hypocrisie de ce ministère et sa volonté de détruire un peu plus le service public d’éducation. Contrairement à ce qu’affirmait E. Macron sur le fait d’en finir avec les hypocrisies à la française sur l’école, le SNEP-FSU affirme qu’il faut en finir avec leurs hypocrisies et leurs solutions hors-sol.

La place de l’EPS et du sport est essentielle pour les élèves. Augmentons le temps d’EPS, renforçons le service public du sport scolaire, et favorisons l’accès au sport !

#EPS2024. Avec le SNEP j’agis.

coralie.benech@snepfsu.net

Édito écrit le 22 septembre 2023

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Pourvu qu’ils/elles aient des muscles

Une première publication a été réalisée par le SNEP-FSU, sur la question des tests physiques. Nous prolongeons ici le débat, en discutant certains éléments mentionnés et en proposant des perspectives pour l’institution dans lesquelles il s’agirait d’inscrire notre profession

Faut-il faire remonter les notes du Bac EPS ?

Après 4 années de mise en place du nouveau Baccalauréat, la DGESCO et l’inspection générale souhaitent que la remontée des notes soit réalisée par AFL ou AFLP et non plus une note globale. Les enseignant·es d’EPS vont donc devoir saisir 3 notes pour les attendus de fin de lycée ou 4 pour le lycée professionnel