DHG 2024 Attention

Le CSA MEN du 21 décembre a traité les questions relatives aux emplois 2024.

La création d’emplois annoncée par Gabriel Attal ne servira qu’à mettre en œuvre les annonces relatives au choc des savoirs : groupes de niveaux en maths et en français et expérimentation de la « prépa lycée ». Pas de moyens supplémentaires pour pallier les difficultés existantes ou encore réduire les effectifs de classe. Le financement des groupes de niveaux pourra se faire grâce à la suppression de l’heure de technologie, transformée en heure d’accompagnement/approfondissement en 23/24.

La nouveauté de cette année pour l’attribution des DHG, c’est la prise en compte des résultats aux évaluations nationales dans le calcul de celles-ci pour la répartition académique puis pour la dotation par établissement. Moins de lisibilité et moins de transparence, un cadrage national que nous attendons et que nous n’aurons surement jamais. Seule, en janvier viendra une circulaire d’organisation du collège, car la mise en place des groupes de niveau en maths et en français (à certains endroits, des établissements en fonction des résultats des élèves pourront ne pas disposer d’heures dédiées) impactera obligatoirement l’emploi du temps des élèves et des enseignants, donc leurs conditions de travail.

Nous avons réaffirmé hier notre opposition aux annonces faites suite aux résultats PISA, nous réclamons des moyens supplémentaires pour pouvoir notamment alléger les effectifs de classe, travailler en demis groupes ou encore pour l’EPS pouvoir assurer l’apprentissage de la natation pour tou.tes les élèves.

Le SNEP FSU revendique des créations d’emplois pour un tout autre projet

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Non au projet de loi Guérini !

Le ministre de la Fonction publique a réuni ce jour les organisations syndicales et les employeurs publics pour lancer la concertation autour du projet de loi qui lui a été commandé par le président de la République

Fonction publique : l’urgence salariale demeure ! 

Nos organisations syndicales rappellent l’urgence de leurs revendications à commencer par l’augmentation générale des traitements et des salaires, notamment par la revalorisation du point d’indice. L’ouverture de négociations salariales doit être une priorité