Ce ne sont pas des changements de têtes mais des changements de politiques que revendique le SNEP-FSU !

Ce ne sont pas des changements de têtes mais des changements de politiques que revendique le SNEP FSU !

La nomination de Pap Ndiaye au Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse est un symbole de rupture avec JM Blanquer compte tenu de son parcours, ses positions et sa vision de la laïcité. Nous dénonçons ici les attaques de la droite et de l’extrême droite dont il est victime, depuis sa nomination.

Malgré tout, le discours de passation n’a pas montré de rupture en confirmant l’accent mis sur les fondamentaux qui ne peut que nous inquiéter. Elisabeth Borne défend la nomination de son ministre en rappelant qu’il s’inscrit dans le développement de la politique de l’excellence et de l’égalité des chances. Pour le SNEP FSU, il faudrait déjà s’attacher à garantir l’égalité et l’effectivité des droits pour toutes et tous. Cela ne pourra passer que par un investissement d’ampleur pour l’éducation : salaires, recrutements, programmes, amélioration des conditions de travail.

Un Ministère des Sports et des Jeux Olympiques et paralympiques est créé. Amélie Oudéa-Castéra en est la Ministre. Le SNEP-FSU portait la revendication d’un ministère de plein exercice pour la Jeunesse et les Sports, si cela va dans le bon sens, il s’étonne que la Jeunesse ne soit pas intégrée à ce ministère. Amelie Oudéa Castéra a porté le programme sports d’E. Macron et la volonté d’inscrire pour les élèves 2 heures de plus de sport par semaine. Pour le SNEP FSU « l’égalité des chances » passe par 4 h d’EPS par semaine obligatoire pour tous les élèves et non un dispositif qui générera des inégalités.

C’est en ce sens que le SNEP-FSU va prendre contact très rapidement avec la nouvelle Ministre des sports et le nouveau Ministre de l’Education Nationale pour que les politiques publiques éducatives et sportives répondent aux besoins de la population. Des plans de recrutements et de revalorisations salariales doivent être urgemment mis en place.

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

3.5 % : le niveau du mépris !

Après un quinquennat entier qui s’est acharné à maintenir le point gelé, cette augmentation ne saurait compenser les pertes ni réparer les conséquences lourdes pour les conditions de vie d’un grand nombre de personnels