Une direction nationale de l’UNSS jupitérienne !

Le quotidien des AS et des services UNSS entravé

Après la gestion calamiteuse de l’accident de rugby de décembre, aujourd’hui nous ne pouvons que déplorer les effets néfastes de l’accord-cadre sur les transports imposé depuis janvier. Des rencontres et compétitions ont déjà été annulées ou reportées. Les forfaits se multiplient faute de possibilité de financement des déplacements .

Nombre d’actions ont été menées partout dans les territoires pour demander l’abrogation de cet accord : motions dans les CD UNSS, dans les CR UNSS, dans les CA des EPLE, courriers des coordonnateurs de district à la DN UNSS… Et pourtant, rien ne se passe !

Une gouvernance, des recrutements et une externalisation qui éloignent l’UNSS du service public

Le SNEP-FSU a toujours défendu l’idée que la Direction Nationale de l’UNSS (DN UNSS) et ses services déconcentrés devaient être en majorité composée d’enseignant·es d’EPS s’étant investi·es dans l’animation de leur AS ou la coordination de district. Selon nous, leur vécu antérieur et leur connaissance de l’UNSS étaient a minima des garanties pour le développement du service public du sport scolaire du second degré .

Sur des sujets particuliers tels que la comptabilité, la communication ou la gestion des personnels de droit privé, l’appel à des compétences spécifiques pouvait s’entendre. Mais ces recrutements de professionnel·les issu·es du privé dans la structure interrogent fortement, ne serait-ce qu’en terme de coût pour l’UNSS .

L’arrivée de ces professionnel·les, notamment en matière financière, aurait dû fluidifier le fonctionnement de l’UNSS, mais force est de constater qu’il n’en est rien. Aucun bilan d’étape pour l’année 2022 et aucun document budgétaire 2023 ne nous ont été pré- sentés. Les instances sont reportées à juin  !

Enfin, nous apprenons récemment que la DN UNSS fait appel à différents cabinets privés afin d’assumer ses missions. C’est à un cabinet privé que les services départementaux et régionaux doivent désormais remonter leurs pièces comptables. C’est un autre cabinet privé qui a été chargé de faire passer les entretiens des personnels de la DN UNSS. Là encore se pose la question du financement de cette externalisation.

Un pilotage budgétaire infantilisant

Sous prétexte de sécurisation financière, une nouvelle organisation concernant le versement des crédits d’animation dans les services départementaux et régionaux s’opère. Si l’on peut entendre qu’il était nécessaire de dépenser les fonds importants qui pouvaient rester sur les comptes des services et des districts (certainement en raison de la crise sanitaire d’ailleurs), cela aurait pu être demandé sans pour autant bloquer le versement de tout crédit partout ! En effet, pour l’année 2022, 10 % en moyenne des crédits prévus ont été ventilés dans les services .

Désormais, les cadres doivent faire des projets et quémander auprès de la DN UNSS les sommes nécessaires, sans garantie d’ailleurs que la totalité des fonds ne leur soit versée ! Ces nouvelles modalités obligent les cadres à présenter des budgets déficitaires dans les instances, ce qui laisse dubitatifs les représentant·es des collectivités territoriales et des chef·fes d’établissement tout comme certains DASEN ou Recteurs·trices. Cette « mise sous tutelle » peut être considérée a minima comme un déni de confiance vis-à-vis de nos collègues cadres.

Un mal-être grandissant chez les cadres

Elles et ils souffrent d’un manque de confiance : injonctions, manque de dialogue (particulièrement avec le niveau départemental), dépossession de la maitrise des budgets, décisions locales de taux de remboursement aux AS contrariées par l’accord cadre transport, conventions locales à soumettre systématiquement à la DN UNSS, etc .

Le SNEP-FSU a organisé un stage syndical à l’attention des cadres en février. A l’issue de ce stage, une section SNEP-FSU des cadres en territoires a été créée et une demande d’audience a été faite auprès de la DGESCO, puis renouvelée auprès du ministre-président de l’UNSS. Il est devenu indispensable que ce mal-être soit entendu et solutionné et que la DN UNSS opère un virage significatif pour que l’UNSS redevienne le service public du sport scolaire du second degré. C’est dans l’intérêt de nos collègues, des AS et, in fine, de nos élèves !

Des chantiers volontairement à l’abandon

Une liste rapide : le groupe de travail (GT) sur la communication n’a jamais été réuni, celui sur les personnels de droit privé (secrétaires) dans les services en territoires jamais initié. Les propositions du GT sur le contrat licences pourtant finalisées en juin 2021, n’ont pas été présentées en instances ! Aucune concertation prévue sur le règlement fédéral alors que le travail sur le PNDSS a débuté… Le GT sur les élections UNSS est à l’arrêt et le processus électoral dé- marre en septembre 2023 .

Tout est mis en œuvre pour mettre à mal le modèle original et spécifique du service public du sport scolaire organisé sous forme associative. Le glissement opéré et imposé par la nouvelle DN UNSS, avec l’aval du Ministère (DGESCO), vers une hyper centralisation et une privatisation sous-jacente doit alerter toute la profession.

nathalie.francois@snepfsu.net
camille.jacques@snepfsu.net

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Séminaire « Le Sport Scolaire de demain »

Le SNEP-FSU organise les 28 et 29 mars à Paris un séminaire de travail qui réunira militant.es et élu.es des AS, afin de réfléchir et dessiner le sport scolaire de demain que l’on souhaite pour nos élèves

AG de l’UNSS du 16/01/2024

Le SNEP-FSU a réservé un comité d’accueil aux membres de l’AG pour dénoncer le déficit record de 12.3M€ ! Il a voté contre le compte de résultat 2022-2023