Le bâti sportif à l’épreuve du budget 2024

Pour le SNEP-FSU, le constat de rentrée est implacable : les professeur·es d’EPS sont 76 % à travailler dans des équipements sportifs qui doivent être rénovés (enquête sept. 2023). Les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignant·es sont dégradées, et ça ne date pas d’hier.

De nombreux rapports parlementaires affichent l’urgence de l’investissement de l’État. Le gouvernement annonce en septembre 2023 la rénovation énergétique de 44 000 écoles d’ici 2027, mais dans cette annonce, où sont les salles de classe de l’EPS ?

Pour les équipements sportifs, le budget 2024 de l’État n’est que poudre aux yeux : 200 M€ à l’ANS pour la construction des 5 000 équipements sportifs ; outre le fait que ces équipements sont totalement inadaptés aux besoins de l’EPS et des clubs sportifs. C’est très largement insuffisant tant la tâche est grande. Même la Cour des comptes estimait en 2019, à 21 Mds € l’investissement nécessaire pour construire et rénover le parc immobilier sportif en France. C’est donc 100 fois plus qu’il faut investir pour répondre aux besoins.

Pour illustrer cela, le SNEP-FSU Bretagne vient de rendre publics les résultats de sa grande enquête : Gymnase score, à laquelle 82 % des établissements bretons ont répondu. À partir de trois critères : Fonctionnalité, Accessibilité et Santé/Sécurité/Écologie. Les résultats sont significatifs d’un manque d’investissement depuis longtemps : 68 % des gymnases n’atteignent pas le niveau satisfaisant. Pire, 20 % des gymnases sont en situation d’urgence. Grace à ce travail, la région Bretagne et les départements ont déjà pris rendez vous dans 2 ans pour améliorer ce « score ».

Le SNEP-FSU continue de demander le financement de l’État à hauteur de 50 % pour les constructions et rénovations d’équipements sportifs. Le financement public de l’État doit être un levier important pour que les collectivités s’engagent dans l’accès aux équipements et la transition environnementale.

sylvain.quirion@snepfsu.net

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Faut-il faire remonter les notes du Bac EPS ?

Après 4 années de mise en place du nouveau Baccalauréat, la DGESCO et l’inspection générale souhaitent que la remontée des notes soit réalisée par AFL ou AFLP et non plus une note globale. Les enseignant·es d’EPS vont donc devoir saisir 3 notes pour les attendus de fin de lycée ou 4 pour le lycée professionnel