2021, le début d’une nouvelle aventure pour Jeunesse et Sports ?

snep sport articles 2021 debut nouvelle aventue js

Par Gwenaëlle Natter

Depuis le 1er janvier 2021, les personnels Jeunesse et Sports ont officiellement quitté les ministères sociaux pour intégrer de nouveaux services créés pour eux dans les rectorats et les DSDEN.

Pour autant, les professeurs de sport et CTPS, qui sont avant tout des militants du sport ayant choisi un métier de passion, continueront à exercer leurs missions de Conseiller d’Animation Sportive (CAS) dans un service, de Conseiller Technique et Sportif (CTS) auprès d’une fédération, ou de formateur (FOR) dans un établissement public du sport (CREPS ou école nationale).

Dans ce nouveau contexte, le SNEP-FSU reste mobilisé pour que :

  • ce rapprochement avec l’Education Nationale permette au ministère des Sports de renforcer sa position face à l’Agence Nationale du Sport, ce groupement d’intérêt public créé en 2019, habile dans sa communication mais incapable de fonctionner sans les moyens (financiers et humains) du  Ministère ;
  • le service public national du sport en soit renforcé, grâce à des personnels JS valorisés et reconnus dans leur expertise technique et pédagogique, confortés dans leur statut de fonctionnaires d’Etat garants de l’équité entre les territoires, les publics, les disciplines sportives, travaillant en réseau au sein d’équipes régionales pour développer des projets sportifs ;
  • les décideurs prennent conscience de la plus-value des agents JS et de la nécessité de procéder à des recrutements massifs (cf. baisse de 45% des effectifs JS ces 10 dernières années) en commençant par réouvrir les concours de professeur de sport dès 2021 (pas de concours organisé en 2019 ni  2020).

Telles sont les conditions nécessaires pour que le souhait du gouvernement consistant à « renforcer la continuité éducative des politiques publiques  dans et hors de l’école » soit exaucé.

2021 sera donc une année décisive pour Jeunesse et Sports. Est-on au début d’une nouvelle aventure visant à renforcer la place du sport dans la société, notamment au regard de l’objectif Paris 2024 ? Ou bien s’agit-il d’une nouvelle étape dans le démantèlement du service public du sport, avec la disparition programmée  du  ministère  des Sports comme annoncée par le Comité Action Publique 2022 ?

Evidemment, le SNEP-FSU milite en faveur du premier scenario et continuera à intervenir, aux côtés des agents, pour contrer les réformes délétères et obtenir de réelles avancées à la fois pour le Sport, l’EPS et le Sport Scolaire, au bénéfice des pratiquant.es actuel.les et à venir

PARTAGER
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

S’allier pour un nouvel élan pour le sport

Le SNEP-FSU va mettre à jour ses « 10 propositions pour le sport » qu’il adressera aux candidat.es aux prochaines élections (présidentielle et législatives). Article rédigé dans le cadre du Congrès 2021 du SNEP-FSU.

sport 04102021

Le plan de relance du sport

Pour aider le mouvement sportif à traverser la crise sanitaire et relancer ses activités, le ministère des sports a réussi à mobiliser des crédits du « plan France relance ». Mais cet argent profitera-t-il à ceux qui en ont le plus besoin ?