Bulletin 1011 – Août 2023

Le changement c’est pour quand ?

Difficile de croire que la nomination de Gabriel Attal comme ministre de l’Éducation nationale va changer la politique menée. Ses déclarations et son parcours politique confirment une vision libérale de l’École. L’amorce du « plan global sur la reconnaissance du métier enseignant » aurait dû se traduire par la suspension des textes sur le pacte, et le reversement de ce budget sur des mesures applicables à toutes et tous. Si une autre politique n’est pas adoptée, de nombreux postes continueront de ne pas être pourvus et l’attractivité du métier continuera de chuter. La seule mesure spécifique aux enseignant·es dont chacun bénéficiera à la rentrée ce sont 1 250 euros en plus par an. Les autres mesures de carrière, même si elles sont intéressantes, ne seront pas visibles pour tout le monde dès l’année prochaine et le relèvement du point d’indice à de 1,5 %, pour une inflation à 5,6 % en 2023, relève de la provocation.

Pour faire réussir tous et toutes les élèves, pour recruter des personnels reconnus, il est plus que nécessaire de changer de politique et pour le SNEP-FSU il est temps aussi de reconnaitre l’EPS, le sport scolaire et le sport en cette année de jeux olympiques et paralympiques. La note de service « une année olympique et paralympique à l’École » ne suffira pas à faire oublier que les 30 minutes d’activité physique quotidienne en primaire ou les 2 heures de sport en collège ne visent qu’à contourner l’EPS et ses enseignant·es.

G. Attal veut que cette année de Jeux olympiques et paralympiques soit un grand moment de mobilisation festive autour de la pratique sportive de nos élèves. Chiche. Expérimentons les 4 heures pour toutes et tous ! Le SNEP-FSU avec la profession portera ses revendications spécifiques pour un véritable héritage sportif pour les élèves.

coralie.benech@snepfsu.net

Édito écrit le 21 août 2023

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Pourvu qu’ils/elles aient des muscles

Une première publication a été réalisée par le SNEP-FSU, sur la question des tests physiques. Nous prolongeons ici le débat, en discutant certains éléments mentionnés et en proposant des perspectives pour l’institution dans lesquelles il s’agirait d’inscrire notre profession

Faut-il faire remonter les notes du Bac EPS ?

Après 4 années de mise en place du nouveau Baccalauréat, la DGESCO et l’inspection générale souhaitent que la remontée des notes soit réalisée par AFL ou AFLP et non plus une note globale. Les enseignant·es d’EPS vont donc devoir saisir 3 notes pour les attendus de fin de lycée ou 4 pour le lycée professionnel