Budget 2023 pour l’école : le débat n’aura pas lieu !

Après le « vote empêché » (49.3), le gouvernement invente le « débat empêché » pour le budget de l’École : méthode bien plus radicale. Dans le cadre du débat sur le projet de loi de finances 2023, le calendrier de l’Assemblée Nationale prévoyait d’organiser les discussions concernant la partie « enseignement scolaire » le vendredi 28 octobre. Le SNEP-FSU ayant interpellé les parlementaires sur la situation de rentrée et les besoins de recrutements, nous attendions particulièrement ce moment. De plus, l’an passé, c’est suite à des interpellations de député·es, que J.M. Blanquer avait dû annoncer 20 postes de plus aux CAPEPS : nous savions l’importance de ce débat.

La surprise fut grande de ne voir aucune discussion à l’Assemblée à la date prévue et d’apprendre que le gouvernement avait fait le choix de le reporter à plus tard… Mais le gouvernement a dégainé un « 49.3 » le 2 novembre sur cette partie du texte ! Les débats sur l’enseignement scolaire n’auront pas lieu. Intéressante manœuvre de report qui s’apparente davantage à un refus de permettre le débat. Exit donc les discussions sur le bilan de la rentrée 2022, sur les besoins de recrutements criants, la réforme de la voie professionnelle, des plans de titularisations à développer, le statut des AESH, etc.

Mais jusqu’où ira la démocratie législative à l’Assemblée Nationale ?

Le SNEP-FSU demande que les débats puissent avoir lieu sur des enjeux aussi cruciaux et continuera d’agir avec la profession et d’interpeller les élu·es de la nation sur les conditions d’exercice de nos métiers

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Groupes au collège : une arme de contre-démocratisation !

En décrétant l’organisation de la scolarité au niveau du collège en “groupes” dans les disciplines dites “fondamentales” – Mathématiques et français – Macron et son gouvernement ruinent l’idée de démocratisation de l’enseignement en instaurant des voies parallèles et en donnant moins à celles et ceux qui n’ont déjà pas beaucoup

Quel vote pour l’Europe et pour la France ?

La crise de perspectives politiques utopistes, reposant sur des projets politiques de progrès social généralisé, articulée aux politiques néo libérales du président de la République et du gouvernement, offre la possibilité à l’extrême droite de s’ancrer encore plus dans le paysage à l’approche du scrutin des élections européennes