Vitaminer l’école primaire à l’EPS, c’est possible !

CP primaire

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé lors de son premier meeting de campagne la « généralisation des 30 minutes quotidiennes de sport » à l’école primaire, le SNUipp-FSU et le SNEP-FSU rendent publique l’enquête menée par des chercheurs auprès d’écoles dans lesquelles l’EPS est considérée comme fondamentale. Enseignée par les Professeurs des Écoles eux-mêmes, à la hauteur des horaires prévus par les programmes (trois heures par semaine), le constat de l’enquête est limpide, « dans les écoles vitaminées à l’EPS, ça marche ! ».
Contrairement aux approches habituelles qui mettent l’accent sur ce qui ne fonctionne pas, l’enquête met en avant les dynamiques à l’oeuvre pour un enseignement effectif de l’EPS : proximité des équipements, conscience des enjeux, travail en équipe et organisations de rencontres ou d’évènements sportifs et artistiques sur le temps scolaire. Les résultats montrent que la question du temps est une donnée fondamentale dans la mise en oeuvre des programmes, et que dans le contexte de pression et de recentrage des apprentissages autour des « fondamentaux » lire-écrire-compter, réussir à assurer les 3h d’EPS relève d’une forme de militantisme.
Cette enquête révèle également que demander aux enseignantes et enseignants de « faire bouger 30 minutes par jour » est une impasse, mais qu’avec une réelle volonté politique – équipements, formation, accompagnement, soutien à l’USEP- l’enseignement de l’EPS en primaire pourrait être dynamisé.

Communiqué commun SNUipp-FSU, SNEP-FSU, Paris, le 10 mars 2022

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail