Solidarité avec le peuple palestinien : Stop aux massacres, Cessez-le feu à Gaza

Depuis un mois, les habitants de Gaza, véritable prison à ciel ouvert, sont sous le feu des bombardements de l’armée israélienne. Plusieurs milliers de personnes sont déjà mortes, près de la moitié sont des enfants sans compter un nombre très important de femmes. Ces massacres de la population palestinienne ne font que s’aggraver chaque jour.

Les hôpitaux sont bombardés, ceux qui ne sont pas encore détruits sont exsangues et pris d’assaut par les blessés. Les soins sont quasiment impossibles par manque de médicaments, et matériels médicaux, les accouchements sont réalisés dans conditions d’insalubrités, les blessures de guerre très graves et les amputations sont réalisées sans anesthésie et pour partis dans les couloirs. Près de 1,7 million de personnes ont été obligées de quitter leur logement dans l’urgence et la peur. Même le sud de Gaza où se réfugie une partie des habitants du nord est bombardé.

Les bombardements doivent cesser ! La levée du blocus de la bande de Gaza doit s’imposer immédiatement !

La France porte une part de responsabilité dans ce conflit en soutenant de façon « inconditionnelle » le gouvernement d’extrême-droite israélien. Les autorités françaises refusent toujours d’appeler clairement à un cessez le feu immédiat.

Dans la continuité de nos appels précédents, nous appelons nos structures syndicales à participer sur nos mots d’ordre :

  • Le cessez le feu immédiat avec l’arrêt des bombardements et du déplacement forcé des populations.
  • La levée du blocus dans la bande de Gaza et la paix tout de suite.
  • La libération immédiate de tous les otages.
  • La protection de toutes les personnes civiles quelle que soit leur nationalité.
  • La mise en place en urgence de façon durable et suffisante d’un corridor humanitaire permettant d’acheminer les produits de première nécessité et les médicaments.

A la MANIFESTATION Samedi 18 novembre à 14h30 – Place de la République à Paris

Communiqué Intersyndical du 16 novembre 2023


Halte aux massacres à Gaza, la France doit exiger un cessez-le-feu

L’armée israélienne soumet la Bande de Gaza à des bombardements d’une violence inouïe et à un blocus total qui prive la population d’eau, de nourriture, de médicaments. Les hôpitaux, lorsqu’ils fonctionnent, opèrent aujourd’hui sans anesthésiques.

En Cisjordanie occupée, la population palestinienne est soumise à la violence redoublée de l’armée et des colons ainsi qu’à un bouclage du territoire.

Nous demandons un cessez-le-feu immédiat à Gaza, la fin des bombardements, des offensives terrestres et des déplacements forcés de populations, ainsi que la levée immédiate du blocus. Nous exigeons que la France s’engage activement dans ce sens.

Nous rendons hommage à l’ensemble des populations civiles, palestiniennes et israéliennes, victimes de crimes de guerre. Chaque vie compte.

Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien, de l’arrêt de la colonisation et de la fin de l’occupation israélienne, dans le respect de l’ensemble des résolutions de l’ONU.

  • Cessez-le feu immédiat !
  • Arrêt des bombardements et des déplacements forcés de la population !
  • Levée immédiate du blocus !
  • Protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie !

Les libertés d’expression et de manifestation, libertés démocratiques fondamentales, doivent être respectées.

Nous appelons à nous rassembler sur les bases de cet appel et à organiser, en solidarité avec le peuple palestinien, des marches contre la guerre partout en France ce week-end.

À Paris, nous manifesterons le samedi 18 novembre à 14h30 au départ de la place de la République.

Communiqué du CNPJDPI (Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens) du 14 novembre 2023

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail