Scandaleux… Deux poids, deux mesures !

Le ministère de l’Éducation nationale est très prompt à distribuer des injonctions visant à faire la promotion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Nombre de dispositifs et de manifestations ont été organisés en ce sens : semaine olympique, journée olympique, parcours de la flamme… Ces organisations ont été permises sans que soient mis des freins particuliers : cours supprimés au profit du projet, professeurs impliqués n’assurant pas les cours de leur emploi du temps à ce moment, implication de collègues de diverses disciplines, sans application stricte du fameux remplacement de courte durée, etc.

Dans le même temps, ce même ministère refuse aux enseignant∙es d’EPS volontaires d’être bénévoles lors des Jeux Paralympiques, d’y participer pour… Raison de service ! Dans une semaine de rentrée scolaire, il est impensable de se passer d’un·e enseignant·e parce qu’il·elle aurait répondu à l’appel national pour permettre la bonne tenue des Jeux Paralympiques de Paris. Pour les promouvoir, tout est possible, pour s’y impliquer, non ! Quel mépris quand, dans le même temps, la ministre de l’Éducation nationale se félicite sur X de l’engagement des enseignant∙es pour le sport parce qu’ils sont « un exemple pour les élèves »…

Le véritable projet politique du gouvernement concernant le sport trouve là une nouvelle démonstration de son visage. Travaillez pour vendre auprès du public, et notamment des plus jeunes les grands évènements sportifs, et créer un engouement exceptionnel, mais vous n’y participerez pas !

L’ubuesque de la politique éducative en termes de pratique sportive et artistique à l’école, portée par des personnels qualifiés à qui on refuse l’exemple qu’ils pourraient donner aux nouvelles générations, est dénoncé de jour en jour : manque d’infrastructures, programmes insipides, non-reconnaissance dans les certifications, manque d’enseignant∙es, promotion de pratiques extra-scolaires (2 h de sport…), dégradation sans précédent de la formation initiale… Atteint des sommets. Il est plus que temps de donner corps aux grandes déclarations tenues par ailleurs : Grande Cause Nationale, France sportive… Les enseignant∙es d’EPS attendent de véritables mesures pour la reconnaissance de leur discipline, de leur professionnalité, de leur engagement. Il est plus que temps d’agir et d’être cohérent !

Communiqué de presse SNEP-FSU, le 30 mai 2024

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail