Noyades : un été à haut risque

Alors que la saison estivale démarre, Santé Publique France a déjà enregistré 314 noyades accidentelles (dont 79 suivies de décès) entre le 1er juin et le 5 juillet, soit une augmentation de 22% par rapport à 2018 pour cette même période.

En mars dernier, la Ministre des sports annonçait 800 000 écoliers et collégiens n’ayant pas pu apprendre à nager ou pratiquer la natation de manière régulière depuis le début de la crise sanitaire, notamment en raison de la fermeture des piscines. Le SNEP FSU estimait quant à lui ce chiffre à au moins 1,7M d’élèves((6,7M d’élèves sont scolarisés dans le 1er degré et 3,4M dans les collèges !)) !

En finir avec ces constats annuels dramatiques

Des décisions radicales doivent être prises pour enrayer ce fléau des noyades que la pandémie a certes aggravé, mais dont elle n’est pas seule responsable.

Faire en sorte que tous les enfants de France sachent nager est un objectif tout à fait réaliste.

S’y engager nécessite une condition majeure : la construction de 1000 nouvelles piscines !

Les scolaires doivent être considérés comme public prioritaire pour accéder aux bassins de natation. La pandémie a montré que certaines piscines, particulièrement celles en délégation de service public, n’ont pas réouvert car le scolaire n’était pas jugé « rentable ». Les piscines sont en nombre insuffisant et certaines classes n’y ont pas accès sur des périodes d’apprentissage trop courtes. De nombreux territoires sont carencés en bassin de natation, leur éloignement est un facteur rédhibitoire (temps, coût des transports).

La formation des enseignant·es doit être renforcée et le taux d’encadrement des classes par les enseignant·es revu à la hausse notamment pour les élèves non-nageurs.

Apprendre à nager devrait être aussi fondamental qu’apprendre à « lire, écrire, compter, respecter autrui ». Encore faut-il que l’Education nationale et l’Etat s’en donnent les moyens !
Savoir nager est une question de santé, d’utilité et de sécurité publiques.

Communiqué du SNEP-FSU, 15 juillet 2021

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail