Mondial féminin de football : le SNEP-FSU condamne l’agression sexuelle subie par Jennifer Hermoso et soutient la joueuse dans son dépôt de plainte 

cp 07092023

Le SNEP-FSU condamne fermement l’agression sexuelle* dont a été victime Jennifer Hermoso (capitaine de l’équipe d’Espagne championne du monde), perpétrée par Luis Rubiales, président de la fédération espagnole de football. Le 20 août 2023 lors de la cérémonie de remise des prix du mondial féminin retransmise en direct, celui-ci a été filmé en train d’embrasser sans son consentement la joueuse espagnole. Après son refus de démissionner et ses propos totalement inacceptables : «Je ne vais pas démissionner», «faux féminisme» qui «ne cherche pas la vérité»,  «tentative d’assassinat social», Luis Rubiales a été suspendu de ses fonctions suite à la pression exercée par les joueuses qui ont menacé de ne plus « honorer une prochaine convocation si les dirigeants actuels étaient maintenus ».

Une enquête judiciaire avait été ouverte lundi 28 août pour agression sexuelle. Le mercredi 06 septembre, Jennifer Hermoso a porté plainte auprès du parquet espagnol. Le SNEP-FSU soutient cette démarche et souhaite que des sanctions soient prononcées.

Cette attitude s’inscrit dans un continuum dans lequel se développent les violences sexuelles et sexistes de manière structurelle, passant par le déni voire par l’inversion de la responsabilité, la minimisation de faits pourtant condamnables par la loi.

Le SNEP-FSU continuera à soutenir les victimes et à lutter contre les violences sexuelles et sexistes sous toutes leurs formes.

* Article 222-22 du code pénal : « acte à caractère sexuel sans pénétration commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise ».

Communiqué de presse SNEP-FSU, le 7 septembre 2023

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Un remaniement pour quoi faire ?

4 ministres de l’Éducation nationale en 2 ans… Cette grande instabilité est le signe non pas d’errance politique, le cap étant donné par l’Élysée et Matignon – il ne change pas – mais sur la difficulté à incarner cette politique