Les JOP 2024 déshéritent l’EPS et le sport scolaire

cp 04042023

La semaine olympique aura un goût amer cette année pour les élèves français. Tout avait pourtant bien commencé, la commission héritage des JOP 2024 avait annoncé que la grande fête populaire serait une accélération des transformations sociales en faveur de l’EPS et du sport pour toutes et tous, dont le sport scolaire.

Une accélération nécessaire lorsque l’on ne cesse de percevoir l’augmentation de la sédentarité des plus jeunes et des inégalités dans l’accès aux activités sportives et artistiques. L’idée de créer une génération de sportifs et de sportives de 2024 s’éloigne avant même que la flamme ne commence à brûler.

Pourtant des mesures de revalorisation de l’EPS au BAC ou le retour à une épreuve au Diplôme National du Brevet (DNB) auraient sans aucun doute eu plus d’impact que la distribution d’un label « Génération 2024 » vide de moyens et d’activités.

Le recrutement d’enseignant·es d’EPS à la hauteur des besoins aurait sans aucun doute eu plus d’impact que la suppression de près de 1 000 postes en 5 ans alors que le nombre d’élève augmentait massivement dans le second degré* entrainant problèmes de remplacements, horaires non assurées, augmentation des effectifs par classe, etc…

À un an des JOP, il est encore temps de changer de cap et de proposer des vraies mesures de valorisation du sport et de l’EPS à l’école.

Au contraire, le ministère propose le dispositif « 30′ d’activité physique quotidienne », entretenant la confusion sur le rôle que doit jouer l’École en matière éducation physique et sportive. L’école est un lieu pour apprendre, pas seulement pour Bouger. C’est donc l’EPS qu’il faut développer en primaire !

Dans le même temps, le ministère propose « 2 h de sport au collège ». Ce dispositif, en aucun cas nécessaire, entre en concurrence directe avec l’EPS et le sport scolaire.

Un héritage est encore possible dès 2024, en 5 mesures clés :

  1. En proposant une épreuve d’EPS au DNB au collège et en doublant le coefficient de l’épreuve EPS au BAC.
  2. En augmentant à 3 h d’EPS en lycée et 4 h d’EPS pour les classes de 5ème, comme première étape pour aller vers 4 h d’EPS pour tous·tes les élèves sur l’ensemble de la scolarité.
  3. En créant des « plus en EPS » : section sportive scolaire, une option EPS, un enseignement de spécialité dans chaque établissement.
  4. En créant une « Unité d’enseignement » obligatoire à un moment du cycle licence pour l’ensemble des universités et en renforçant les SUAPS.
  5. En construisant ou rénovant 200 piscines et gymnases avec 50 % de financement de l’état, comme première étape d’un plan pluriannuel de 5 ans.
PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail