CSE, le choc des savoirs sous le poids de la contestation

Par Andjelko Svrdlin

Le Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) examinant les textes que le ministre Attal avait nommés « choc des savoirs », s’est tenu le 8 février. Aucun amendement modifiant les textes dans leur essence, c’est-à-dire organisant l’école à plusieurs vitesses, n’a été retenu par l’administration. Les réponses ont été sommaires la plupart du temps. La commande vient d’en haut. Nous sommes à un stade de fonctionnement très autoritaire au sein de l’institution. Les textes qui seront publiés ont été rejetés unanimement, malgré une forte variété des organisations membres du CSE, qui va bien au-delà de la seule représentation syndicale des salarié·es. Il est temps de retrouver la démocratie au sein de l’École.

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Non au projet de loi Guérini !

Le ministre de la Fonction publique a réuni ce jour les organisations syndicales et les employeurs publics pour lancer la concertation autour du projet de loi qui lui a été commandé par le président de la République

Fonction publique : l’urgence salariale demeure ! 

Nos organisations syndicales rappellent l’urgence de leurs revendications à commencer par l’augmentation générale des traitements et des salaires, notamment par la revalorisation du point d’indice. L’ouverture de négociations salariales doit être une priorité