Conférence de presse : État des lieux de l’EPS à l’aube des JOP 2024

Le constat est amer concernant le « sport à l’école ». À 10 mois des JOP, quel héritage sportif pour les jeunes ? Quel est le nombre d’heures d’EPS non assurées ? Combien d’élèves n’auront pas EPS à la rentrée 2024 ? Quels sont les problèmes principaux que rencontrent les enseignant·es d’EPS sur le terrain. 

Le SNEP-FSU présente un état des lieux de l’EPS à partir d’une enquête nationale de l’éducation physique et sportive.  

Nous entrons dans une année olympique et l’ensemble des attentions va être porté sur l’héritage de ces jeux pour notre jeunesse. C’est un moment opportun pour accélérer les transformations sociales et permettre d’avoir un réel impact positif pour la jeunesse. Au-delà d’un héritage matériel qui est incontournable, l’héritage immatériel est pour l’heure à la peine voire inexistant. 

Un taux alarmant de garçons et de filles âgé·es de 11 à 17 ans passent moins d’une heure par jour à pratiquer une activité physique modérée-vigoureuse (77,6 % et 85 % respectivement).*

L’accès à la culture sportive est également en panne. Si en 2000, 68 % des jeunes de 15 à 24 ans pratiquaient une activité sportive au moins une fois par semaine, en 2015, ils ne sont plus que 39 % pour la même tranche d’âge, selon l’INSEE. 

Il est urgent d’agir !

* Source : OMS – Rapport mondial sur l’activité physique, 2022.

PARTAGER
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

L’Extrême droite est à la porte, mobilisons-nous !

Les 30 juin et 7 juillet nous serons appelé·es aux urnes : usons massivement de notre droit de vote et participons ainsi à construire une alternative aux politiques actuelles qui produisent toujours plus de misère, terreau toujours fertile de l’Extrême droite

Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

Notre République et notre démocratie sont en danger. Il faut répondre à l’urgence sociale et environnementale et entendre les aspirations des travailleuses et des travailleurs. Nous appelons à manifester le plus largement possible ce week-end pour porter la nécessité d’alternatives de progrès pour le monde du travail