Bac 2021 – Oral, ô désespoir !

Quoi qu’en dise notre Ministre, la préparation du Grand Oral du nouveau BAC met en difficulté élèves, parents et enseignants et jette l’opprobre sur cet examen.

Les enseignants d’EPS ne refusent pas de participer aux examens et sont engagés chaque année dans les surveillances et secrétariats d’examen, mais, par la voix du SNEP FSU, dénoncent l’incohérence de la situation. Bien que ne participant à aucun des enseignements support de l’épreuve, ils sont convoqués comme jury dans nombre d’établissements. Cette disposition assez aberrante était certes prévue dans les textes, mais personne ne pouvait croire qu’un jury dit « naïf » (dixit le texte réglementaire) soit convoqué avec pour mission d’évaluer « la solidité des connaissances du candidat, sa capacité à argumenter et à relier les savoirs ».

Sans connaissance du savoir disciplinaire et du programme de l’enseignement de spécialité comment évaluer les candidats ? Comment apprécier la qualité du candidat quand il soutiendra parfois en langue étrangère si on ne maitrise pas la langue ?
De plus, faute d’anticipation ministérielle, ils ont découvert, une semaine avant le début des épreuves, qu’ils n’auraient comme accompagnement qu’une formation en accélérée d’une demi-journée et quelques liens internet. En clair, ils seront livrés à eux-mêmes.

L’évaluation de cet oral par les enseignants d’EPS va se résumer à l’appréciation d’un exercice de communication vide de contenu. Cet oral, par sa nature et son organisation, est révélateur des dérives de l’Ecole dite de la confiance !

C’est faire peu cas des élèves, de leur famille et des enseignants !

Les enseignants d’EPS s’engageront dans des actions collectives, si elles ont lieu, pour dénoncer cette situation.

Communiqué SNEP-FSU, 18 juin 2021

PARTAGER
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
IMPRIMER
Print Friendly, PDF & Email

Nos lecteurs aiment aussi...

Poursuivons la mobilisation dès la semaine prochaine ! Toutes et tous dans l’action le 20 janvier et préparons une grève massive le 27 janvier

Le jeudi 13 janvier a été une journée de grève d’une ampleur exceptionnelle. Les annonces faites par le premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale ne sont pas suffisantes. Néanmoins, elles ont montré que la grève des personnels et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative a un impact fort, et que nous pouvons obtenir satisfaction sur nos revendications.